Chassé de Yerkalo

Après avoir été chassé de Yerkalo, le 26 janvier 1946, le Père Tornay réside à Pamé. Le 6 mai (en réalité, le 8 mai), sur l'invitation du gouverneur de Chamdo, il repart pour Yerkalo. Il est arrêté à Pétine par Gun-Akhio et les lamas de Karmda qui le reconduisent le soir même à Pamé. Il reste dans ce petit village jusqu'au mois de mai 1947, date à laquelle il descend à Weisi. Mgr valentin lui avait dit de s'écarter de Pamé. Tornay passe l'été à Weisi. Il remonte au mois de septembre à Atuntze, et reste en relations avec les chrétiens de Yerkalo, qui y passent pour le commerce du sel qu'ils échangent en Chine contre des céréales". (page 66)

Après son expulsion, il est resté en contact avec ses chrétiens. Ce fut une année extrêmement dure pour lui : il me l'a dit. Il a vécu dans l'appartement où on avait saisi le Père Nussbaum pour le tuer. (page 67)

Dans une mission, on disait le Chemin de Croix tous les dimanches, on en avait fait le vœu, jusqu'à ce que le Père Tornay puisse retourner à Yerkalo. On l'a fait jusqu'au moment où les communistes occupèrent la station. (page 67)

Il en est parti pour son voyage de Chine, et il a ensuite été nommé à Atuntze, le poste le plus proche de Yerkalo. Il a fait beaucoup de médecine à Atuntze. C'est un poste très dur, poste frontière avec garnison. (page 67)

Le Père Tornay a obéi aux ordres qu'il avait reçus de tenir jusqu'au bout. Nous avons trouvé que dans ces circonstances il avait rempli tout son devoir et plus que son devoir. (page 69)

Oui, je (Mgr Valentin) lui avais dit de tenir jusqu'au bout. Dans toutes les lettres que je lui ai écrites, je lui ai donné les directives de tenir bon. (page 69)