VOYAGE DANS LES MARCHES THIBETAINES

Le Yunnan est une province multiculturelle du Sud-Ouest de la Chine, un monde à part. Sur ses hauts plateaux vivent 25 des 56 minorités ethniques que compte le pays, des montagnards Yi (Lolo) et Naxi (Mosso) descendants des nomades tibétains éleveurs de yacks et de chevaux aux Dai des forêts tropicales du Sud, en passant par les Tibétains.

Riche d'une faune et d'une flore abondantes et variées, le Yunnan est aussi réputé pour son climat tempéré tout au long de l'année. Son nom signifie "au sud des nuages". La capitale de la province, Kumming, est également appelée la "cité du printemps éternel". "Royaume des plantes ou des animaux ", "Jardin des fleurs divines" ou "Foyer du parfum" sont des surnoms très usités pour parler du Yunnan, province qui compte le plus grand nombre d'espèces animales et végétales du pays.

Cette province montagneuse qui forme les contreforts de l'Himalaya, présente une morphologie contrastée. A l'Est, le plateau karstique prend parfois la forme de collines et de pics déchiquetés, dont la Forêt de pierres en est l'exemple le plus spectaculaire. L'Ouest est le domaine des hautes montagnes, entrecoupées de vallées profondes.

Superficie : 394'000 km2
Capitale : Kumming, 3'800'000 habitants
Langue : Mandarin et multiples langues et dialectes locaux
Monnaie : Yuan
Décalage horaire : + 6 heures

Climat

Le Yunnan est la plus ensoleillée des provinces chinoises. En hiver, la température ne chute que très rarement au dessous des 8° et le ciel est clair. En été, la saison des pluies, les averses sont brèves et font vite place à un soleil généreux. Il fait donc bon y voyager toute l'année. L'altitude cependant confère aux régions montagneuses des hivers rigoureux.

Les trois rivières parallèles

Jinsha, Lancang et Nujiang représentent le miracle de la nature, né d'un mouvement orogénique qui a donné naissance à l'Himalaya, il y a 40 millions d'années. Prenant source sur le plateau du Qinghai-Tibet, les trois rivières précitées sont les cours supérieurs du fleuve Yangtze (autre nom fleuve bleu), du Mékong et de la Salween. Elles s'écoulent parallèlement sur 170 km du nord au sud à travers les montagnes élevées de la province du Yunnan... La plus courte distance entre les rivières Lancang (Mékong) et Jinsha (fleuve bleu) est de 66 km et de 19 km entre les rivières Lancang (Mékong) et Nujiang (Salween). Le Yangtsé est celui qui est le plus à l'est; après être retourné longuement vers le nord, puis encore plus longuement vers le sud, il prend finalement la direction est jusqu'à Shanghai, où il se jette enfin dans la mer de Chine orientale de l'Océan Pacifique. Dans le cadre du fleuve Nujiang (Salween), le plus à l'ouest, il coule vers la mer d'Andaman de l'Océan Indien, en passant par le Myanmar (Birmanie) après être sorti de la Chine. Pour sa part, après être lui aussi sorti de la Chine, le fleuve Lancang (Mékong) passe par cinq pays et rejoint finalement la mer de Chine méridionale à Ho Chi Minh-Ville (Saïgon) au Vietnam.

Cette région pittoresque couvre trois préfectures : Diqing, Nujiang et Lijiang. Elle borde le Myanmar (Birmanie) à l'ouest, tandis qu'elle voisine le Sichuan et le Tibet au nord. La région se classe parmi les plus vastes zones pittoresques nationales du monde.

Les tibétains considèrent la montagne Meili (Kawagebo ou Kawakarpo à 6740 m) comme une montagne sacrée qu'aucun alpiniste n'est autorisé à escalader (ou mieux qui n'a jamais pu être escaladée). Pour les bouddhistes tibétains, c'est la première des huit montagnes sacrées et elle symbolise le Dieu de tous les monts enneigés.

Diversités ethniques

Les Tibétains qui vivent principalement d'élevage de yaks et de moutons habitent les hauts plateaux (notamment Yerkalo, Diqing et Tsechung) tandis que les Naxi (Mosso), agriculteurs de génération en génération, peuplent les bassins des rivières Jinsha et Lijiang. On en verra notamment à Diqing et Yerkalo.

Les ethnies Yi (Lolo) et Pumi vivent principalement sur les terres situées entres les vallées et les plateaux. Les Lisu, les Nu (Loutse) et Dulong vivent principalement dans les vallée du sud (Lisu à Weixi et Gonshan et les Nu à Bahang et Kionatong). Les plaines et les zones montagneuses du sud-est sont principalement habitées par le Bai (en particulier à Dali), qui ont développé leurs propres techniques d'agriculture et d'artisanat.

Un paradis naturel pour toutes les formes de vie

Beaucoup de ceintures climatiques de l'hémisphère Nord sont regroupées dans le complexe varié des gorges des montagnes des Trois Fleuves parallèles. C'est de cette réalité que viennent les expressions comme "zonalité climatique verticale et bioétagement" et "quatre saisons dans une même montagne et une température différente aux deux kilomètres". Dans les zones tempérées chaudes, tempérée et tempérées froides, à partir de la partie la plus basse des forêts vierges des zones tropicales et subtropicales, on observe la végétation suivante : des forêts tropicales humides; des forêts subtropicales de latifoliées à feuilles persistantes; des forêts de latifoliées à feuilles caduques; des forêts de conifères; des arbrisseaux alpestres; et des prés. Le nombre d'espèces de plantes s'élève à plus de 6000 et on y trouve plus de 200 espèces d'azalées, dont certaines atteignent 25 m et un peu plus de 3 m de diamètre. Pour mettre le tout en perspective, notons que le nombre d'espèces présentes ici compte pour le quart du total mondial.

Fait intéressant à noter, tant en apparence qu'en type d'environnement, le Quercus spinosa présent dans la région est exactement le même que celui de la zone méditerranéenne. Le Quercus spinosa est un massif d'arbrisseaux dans les vallées sèches. Les scientifiques ont examiné ses feuilles en laboratoire et ont trouvé, par les molécules d'ADN, que le contenu génétique du Quercus spinosa de la région des Trois-Fleuves et celui de la région méditerranéenne est aussi proche que celui de deux frères. Cela est une preuve indirecte de la dérive et de la collision des continents. En effet, il y a des dizaines de millions d'années, les deux régions appartenaient au même plateau continental. A cette époque, le Quercus spinosa était commun partout sur l'ancien continent, jusqu'à ce que l'Himalaya les sépare par le mouvement d'orogénèse. Dans la zone des Trois Fleuves parallèles, la faune est également attrayante et diversifiée. Les vertébrés à eux seuls représentent 788 espèces.

Un microcosme écologique

La zone des trois rivières parallèles est réputée pour être "la banque de gène biologique du monde". Cette région qui n'a pas été couverte par les glaciers quaternaires et dont les montagnes se situent essentiellement du nord au sud, constitue un lieu de passage et un asile idéal aux espèces biologiques du continent eurasiatique.

Bien que la zone ne couvre pas plus de 0.4 % du territoire chinois, elle contient plus de 20 % des plantes supérieures et 25 % des espèces animales du pays dont 77 espèces en danger comme le rhinopithèque du Yunnan, l'antilope tibétaine, le léopard des neiges, le tigre du Bengale et la grue à cou noir. 34 espèces de plantes rares placées sous protection de l'Etat y ont été recensées, telles que la Taiwania flousiana, la cyathea et le Taxus chinensis. Chaque printemps, les fleurs sauvages tapissent les prairies, les forêts et les bords des lacs. On y trouve plus de 200 espèces de rhododendrons et une centaine d'espèces de gentianes ainsi que d'autres fleurs sauvages comme la primerose, les pedicularis resupinata et le lis. De ce fait, les botanistes ont appelé l'endroit "le jardin naturel alpin". Le 2 juillet 2003, les trois rivières parallèles de la zone protégée du Yunnan ont été inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO lors de la 27ème conférence sur le patrimoine mondial.

* * * * * *
Tiré d'internet                          DMC