SONO UN PO' FURBO

                           SONO UN PÒ FURBO (JE SUIS UN PEU « TORDU »)

 Qui a osé avouer cela, l’un de nous ?

 Un curé, un laïc ? Un évêque actuel ou futur ?

 Le pape ? Emérite ou le nouveau François ?

 Et oui, c’est bien notre nouveau Pontifex Maximus, notre Souverain Pontife, et Evêque de Rome.

 Il a aussi dit dans cet interview « Je suis un pécheur », c’est la définition la plus juste de qui « je suis ».

 Un chanoine à qui on demandait « qu’est-ce qu’un saint », il répondait et il répond encore certainement, c’est un « pécheur pardonné » !

 Laissons-nous pardonner et approchons-nous  plus souvent du sacrement de « pardon », de « confession », de « réconciliation », pour essayer de mieux cheminer avec Jésus, le Christ Guide et  Sauveur.

 Que c’est compliqué et ardu de pardonner à ceux qui nous ont fait du mal… mais aussi d’accepter de se laisser pardonner…

 « Sachant qu’un prêtre a épousé l’Eglise : « Certains ne sont pas convaincus ?  Disons qu’un prêtre prenne femme : Soit sa femme est cocue. Soit le prêtre sera bigame ! » Chapeau ! (L’homme nouveau No 1551 page 10)

Il ne faut jamais tenter le diable, le Pape François l'a dit dès son élection.  Comme disent les Anglais, "Quand on soupe avec le diable, il faut prendre une longue cueillère" !!!

"Même les noeuds les plus emmêlés se dénouent avec sa grâce. Et Marie, qui, par son "oui", a ouvert la porte à Dieu pour dénouer le noeud de l'ancienne désobéissance, est la mère qui, avec patience et tendresse, nous conduit à Dieu, afin qu'il dénoue les noeuds de notre âme avec la miséricorde du Père. Quels noeuds y a-t-il dans ma vie ?" (toujours le Pape François, lors de la veillée de prières mariales du 12 octobre 2013)

 Que le Seigneur me pardonne ces impertinences!

 

DMC pauvre pécheur en la fête de Saint Luc