LA SAINT JEAN LE BAPTISTE

Le 24 juin 2016, nous fêtions la Saint Jean le Baptiste et Anselme de Canterbury (1033-1109) avait établi la très belle prière suivante: 

«0 bienheureux Jean, toi qui as baptisé le Fils de Dieu,
tu étais rempli de l'Esprit Saint avant même d'être enfanté et tu reconnaissais Dieu avant que le monde ne L'ait connu.
Tu as reconnu la mère de ton Dieu avant que ta mère l'ait saluée. Ami de Dieu, intercède pour nous. Amen.»

Les feux de la Saint Jean marquaient et marquent non seulement le début de l'été, mais aussi la fête d'un grand et d'un tout grand, celui qui a osé interpeller un grand de ce monde et lui a demandé de cesser une vie dissolue ou mieux dit  et plus précis, à reprocher au roi Hérode son adultère.  Il en a payé de sa vie puisqu'on lui a coupé la tête, et cela, à la demande de qui ?

La "vertueuse" a réussi à faire dire à sa fille (danseuse merveilleuse qui a ébloui le monarche) de demander au roi adultérin la tête de son "dénonciateur", c'est cela Jean-le-Baptiste, il est mort martyr, martyr de la vérité.  Une personne qui m'est proche, m'a rappelé que "la vérité utilise les escaliers et que le mensonge utilise l'ascenseur", mais c'est la vérité qui "triomphe" toujours"?!?

La "Voie qui crie dans le desert" menait une vie  d'ascète.  Sa réputation attirait beaucoup de gens venus de loin recevoir de ses mains, le "baptême de repentir pour le rémission des péchés".  Surtout, il est le plus grand des prophètes. Car il n'a pas seulement annoncé, mais désigné, l'"Agneau de Dieu" Jésus, comme Messie et Sauveur, qu'il baptisera lui-même.

Espérons que le "roi" qui n'était (sur cette terre) plus que "aumônier" octogénaire (né le 16 mai 1936 ordonné le 30 juin 1962)("suspens" (?!?) sans décision ni instruction), petit fils de "maquignon", "collectionneur invétéré" (connues une nonne "neurologue" latino-américaine, Françoise H. et C.O. Cipolla Zysset actuelle, sans oublier celle semble-t-il de Rome), peut-être voire très certainement "personnalité narcissique" (vraisemblablement perverse, assez souvent "alcoolisé") ne sacrifiera pas le "dénonciateur", mais saura se regarder dans le miroir et demandera un pardon à tous ceux qu'il a peiné et maltraité, y compris à sa "dulcinée" et sa communauté!   Mais il est vrai que si l'on s'inspire pour une fois de notre Tintin martignerain (NF du 14 juillet 2016), "quelle est la différence entre un ou une psy (la "dulcinée") et le train, quand ce dernier déraille il s'arrête!"

Mais à se demander aussi si en chaque psy ne dort pas un schizophrène (cf F. Rey - Les délits du corps - 2012 - ed. Xenia).

La "dulcinée" a laissé un "mantra" très autojustificatif :  "Tu l'aimes.  Tu l'as blessée (ou blessé).   On ne blesse pas quand on aime . . .  Tu cherches ton bonheur en elle (ou en lui), où est-il (ou est-elle)?  S'il est dans un autre. . . "  A moins que ce soit le Seigneur Jésus à decouvrir ou redécouvrir!

Le Curé d'ARS avait fait inscrire lors de l'inauguration d'une des "chapelles" latérales dédiée au Précurseur: "SA TETE FUT LE PRIX D'UNE DANSE"!

Que Dieu Amour et Miséricorde nous bénisse et nous guide tous vers la Paix et la Joie et aussi l'Union et l'Unité. « Ayant nos fautes devant les yeux, levons la tête pour regarder devant nous le Crucifié, non pas le Christ mort, mais le Christ qui nous regarde et qui nous attend, les bras grands ouverts ». Saint Jean d'Avila

Daniel  Maurice  au surlendemain de l'anniversaire de Maximilien Jean Romain, complèté le jour de la sainte Marthe 2016, de la "Miséricorde" 2017 et l'avant veille de la Pentecôte 2018

 

BETHSABEE TENANT LA LETTRE DE DAVID-WILLIAM DROST 1633-1656 OU 59

PRIERE-DE-MARIE-MADELEINE   SUZANNE AU BAIN-REMBRANDT1606-1659SUZANNE