TRACES DES MISSIONNAIRES MEP AU YUNNAN

Quatre scouts de l'association « Étoile au grand large », Niels, Baptiste, Augustin et Grégoire, sont partis un mois à la rencontre de nos frères chré¬tiens du Tibet, évangélisés par des missionnaires MEP au début du siècle dernier. Le nom de leur expédition : « Longue piste dans l'Himalaya ».

Après une année de préparation, nous nous envo¬lons vers la Chine, pour une expédition d'un mois dans les contreforts de l'Himalaya, à la rencontre de nos frères catho¬liques du plateau tibetain, par la marche et l'aide à la recons¬truction d'une église. Ce mois concrétise une année de préparation, notamment consacrée à lever des fonds pour l'expé-dition et pour être en mesure d'apporter une aide financière conséquente à la construction de l'église de Dimaluo, un petit village perdu dans les mon¬tagnes, à la frontière de la Chine, du Tibet et de la Birmanie. Nous partons à l'assaut des montagnes, pour rejoindre les vallées catholiques situées autour de la Saluen, un fleuve éloigné d'une cinquantaine de kilomètres : trois jours de marche en montagne, des paysages fabuleux à 4 300 mètres d'altitude... Bref, une marche mythique avant d'arriver dans la vallée de Dimaluo, où l'aven-ture humaine peut vraiment commencer.

Une espérance, une joie et une foi fabuleuses

Nous découvrons, en arpentant les quelques villages qui s'y trou¬vent, un peuple qui fait preuve, au quotidien, d'une espérance, d'une joie et surtout d'une foi fabuleuses. Les missionnaires français les ont évangélisés au début du siècle dernier, ont construit des églises magni-fiques, les ont aidés à se déve¬lopper, jusqu'à ce que les com¬munistes arrivent, renvoient les missionnaires et emprisonnent ceux qui leurs étaient fidèles.

Nous rencontrons ainsi Fran¬çois, 80 ans, qui a passé trente ans en prison pour être rentré au séminaire tenu par les mis¬sionnaires... Édifiant. Et mal¬gré tout cela, malgré trente ans sans prêtre, malgré les persé¬cutions, malgré la difficulté, encore aujourd'hui, d'accéder aux sacrements, ils gardent une foi à déplacer les montagnes», qui leur permet de rayonner de joie, dans un quotidien qui n'est pas toujours facile vu les conditions de vie extrêmement rudes de ces montagnes.
Accueillis comme c Lors de notre passag ils nous accueillent rois. Un accueil qui e magnifique leçon c nous, que la mentali tale n'avait pas habi gifler que l'on puiss dévoué pour quelq ne connaît pas et qt pas prévenu de son ; Nous passons ainsi t dans la vallée, donn que nous avons ré la construction de Dimaluo, partageoi dien avec les villagei même la chance clt somption avec ew fête, messe, danses...

Après ces pérégrim remontons vers le Nous avons rencor notre marche pour vallées, un homme Adam, qui, en alpag sa famille, construit, pour tous ceux qui, passent cinq mois de la montagne à gard Nous décidons Nous remontons dor chez lui une semait-1 Nos journées sont r le chantier, où nous «petites mains», en1 la toiture, en portant4 en aidant à la cons murs en pierre, en ci mettre le terrain à sculptant une croix si désormais fièremer sur le fronton de l't hautes chapelles de C

AVENTURE

Accueillis comme des rois Lors de notre passage chez eux, ils nous accueillent comme des rois. Un accueil qui est aussi une magnifique leçon de vie pour nous, que la mentalité occiden¬tale n'avait pas habitués à ima¬giner que l'on puisse être aussi dévoué pour quelqu'un qu'on ne connaît pas et qui n'a même pas prévenu de son arrivée... Nous passons ainsi une semaine dans la vallée, donnons l'argent que nous avons récolté pour la construction de l'église de Dimaluo, partageons le quoti¬dien avec les villageois, et avons même la chance de fêter l'As-somption avec eux... Grande fête, messe, danses... Grandiose!

Missions étrangères de Paris - mai 2015

dmc