LA "CROIX" - novembre 1949

Un nouveau martyr au Thibet

Dernièrement, la Croix annonçait le meurtre, aux frontières du Thibet, de M(aurice) Tornay, chanoine, du Grand-Saint-Bernard.

Voici la copie de la lettre du R. P Savioz, adressée  à S. Exc. Mgr Valentin, évêque du Kangting, donnant des détails sur le sort de ce vaillant missionnaire ... et qui montre que la Mission du Thibet reste dangereuse et que  l'ère des martyrs n'est pas close.

"Tecking (Atentse), le 14 août 1949.

J'ai le triste de devoir et aussi l'honneur de vous annoncer que la Mission du Thibet compte un martyr de plus. Le père Tornay pensait se rendre à Lhasa pour règler l'affaire de Yerkalo. Il avait déjà fait dix-sept jours de marche et allait atteindre Pongda, à mi-chemin entre Teking et Lhasa, lorsqu'il fut arrêté par des soldats envoyés par Kongar Lama (de la lamaserie de So (Sogun)), et le deba (chef) de Tcharayul (2 degrés à l'ouest d'Atentse). La caravanne à laquelle s'était jointe le Père a pu continuer sa route, après avoir offert d'importants cadeaux. Cette caravane était composé en majeure partie de Chétiens de Tsechung (grosse chétienté des bords du Mekong, en aval d'Atentse), et il est fort à craindre  qu'ils soient encore punis à leur retour de Lhasa.

Après avoir remboursé les caravaniers, dont un a dû rebrousser chemin pour servir de répondant, le P. Tornay était obligé de revenir sur ses pas, sous la menace continuelle des soldats. A Tchrayul, le chef fut correct avec le Père de face au moins. Il a envoyé deux soldats accompagner le Père jusqu'à Teking. Arrivé à Pitou, en face de Yerkalo (Pitou est sur le territoire du Tsarong, voisin de celui de Yerkalo), deux hommes de Kongka Lama se présentèreent pour accompagner le missionnaire.

Le 10 août, le P. Tornay et ses trois compagnons: deux serviteurs et le chétiens, qui servait de répondant, couchaient à Gialang, derrière le Choula (montagne que traverse la route d'Atentse au Tsarong).

Le 11 au matin, les voyageurs sortaient du Thibet et entraient en territoire dépendant de la Chine (préfecture de Téking). Quatre lamas de Kamda (Karmda) barraient le chemin. Ils tirèrent d'abord sur un des compagnons du missionnaire: le fidèle  Doci (de Yerkalo). Les deux autres prirent la fuite. Les lamas tirèrent alors plusieurs coups de fusil sur le P. Tornay. tes deux soldats de Tchrayul étaient certainement d'accord avec les meurtriers, car, la veille, ils avalent pris soin d'enlever à Doci la mitraillette Mauser qu'il portalt, et à s'assurer que le Père n'avait pas d'arme.

Le 12 dans l'après-midl, j'apprenais la triste nouvelle par les deux rescapés, qui auraient été certainement tués s'ils n'avalent point pris la fuite.

Aujourd'hui, 14 août, j'apprends que les corps des victimes ont été complètement dépouillés de leurs vêtements. J'espère que nous pourrons recevoir ces dépouilles mortelles ile 17 et nous les enterrerons ici, sur  l'emplacement de l'ancienne résidence du missionnaire, au bas du marché."

La Croix du 11.11.1949

DMC

CASIMIR SONDJROU-ANGELIN LOVEY-KANGO THOME

Le missionnaire Angelin Lovey avec Sandjrou et Thomé lors de leur audition au Sikkim

choula-front-2 Bhx MAURICE