JEAN NOUVEAU PRETRE DE LA HAUTE SALOUEN

Dimanche 31 juillet (2016) - nous sommes en train d'attendre le début de la grande messe sur la plaine du Blonia à Cracovie et.nous en profitone pour mieux connaître John (Jean petit fils de Zacharie rajouté par dmc), ce jeune prêtre tibétain ordonné le 3 juin dernier.

Il est le 5ème prêtre thibétain au monde et a été séminariste pendant 15 ans. Il vient de Gongshan Vallée de la Salouen.

Ton parcours en quelques mots...

Je suis rentré au séminaire en 2001 et j'ai commencé le petit séminaire pour trois ans (qui est comme le lycée). Après j'ai été au grand séminaire qui est composé de six ans d'études et un an de stage. Puis j'ai passé quelques mois à Pékin pour apprendre  le français. Après je suis retourné dans ma ville natale et j'ai toujours servi l'Eglise.

En septembre 2012, je suis venu en France pour apprendre le français pendant trois ans. Normalement, je devais être ordonné en France mais à ce moment-là, j'ai eu un grand combat spirituel et j'ai eu peur, je n'étais pas en paix. Pour moi, ce n'était pas mieux d'être ordonné en Europe ; j'aurais été toujours inquiet après mon ordination pour retourner au Tibet parce que depuis que je suis parti de mon village j'ai un rêve. Quand j'ai terminé mes études, je voulais retourner au Tibet car ma mission est là.

Dans ma région, on parle plusieurs langues. Pour qu'ils puissent grandir leur foi avec les prêtres chinois, c'est difficile car ce n'est pas la même langue donc c'est difficile à comprendre. Et aussi parce que les prêtres chinois ne connaissent pas bien la culture tibétaine.

Est-ce que les gens sont étonnés de rencontrer un prêtre tibétain ici à Cracovie ?

Oui, j'ai croisé des amis et ils étaient très surpris car depuis mon retour au Tibet je n'ai pas donné de nouvelles. Tout le monde pensait que je n'avais pas fini ma formation, que j'étais en prison ou marié et maintenant je suis ordonné et pour eux c'est une grande joie. Je pense aussi que revenir ici en étant ordonné est déjà un témoignage.  

Est-ce difficile d'obtenir un visa pour les JMJ ?

Pour visiter ce n'est pas difficile. C'est de mieux en mieux en Chine pour aller dans les pays étrangers. Par contre, si l'on est prêtre ou chrétien et que l'on veut aller aux JMJ, c'est compliqué. Certains Chinois sont venus ici mais ils n'ont pas dit qu'ils venaient aux JMJ. ils sont aussi venus comme touristes.

Comment font les chrétiens tibétains pour vivre leur foi ? Peuvent- ils aller à la messe ?

Avant, il n'y avait que deux prêtres tibétains. Parfois  n y a pas la messe pendant un ou deux mois car les catholiques ont toujours un peu séparés et les prêtres doivent passer dans les différents villages.

Les paroissiens vont tous les jours à l'Eglise même s'il n'y a pas. de prêtre et on prie ensemble. Samedi soir par exemple, on dit le chapelet et le dimanche on dit presque la messe mais il n'y a pas la communion.Les missionnaires ont laissé leur témoignage aux personnes âgées qui ont encore de bons souvenirs, comme par exemple de Maurice Tornay. Les personnes âgées et les parents ont toujours parlé des missionnaires et de comment ils faisaient la prière. On a toujours parlé à la maison de cela et c'est pourquoi on a grandi avec la foi.

Au Tibet, la foi est très simple. Juste « Je crois en Dieu». Certains Tibétains n'ont jamais lu, ils n'ont pas lu la Bible mais ils croient. Cela vient de manière naturelle. La foi est très différente. Les jeunes européens ont reçu une bonne éducation depuis qu'ils sont petits même pour la foi, il y a des prêtres, des séminaristes, des religieuses. Pour les Tibétains, la foi est autre. Elle est orale, par témoignage. Mais elle vient également de la montagne.

Rencontre faite par Laetitia et Magdalena tirée de "N'APP NEWS" N°35 - septembre 2016

dmc

IMG 1055