BOUDHA ET FRANCOIS

« Nous ne devons jamais nous résigner » ni « rester isolés les uns des autres », a encouragé le pape, appelant à

« guérir les blessures des conflits qui au fil des années ont divisé les personnes de diverses cultures, ethnies et convictions religieuses », à « dépasser toutes les formes d'incompréhension, d'intolérance, de préjugé et de haine ». « La justice authentique et la paix durable peuvent être atteintes seulement quand elles sont garanties à tous », a-t-il averti.

Pour ce faire, il a cité les paroles du Bouddha : « Élimine la colère par l'absence de colère, vaincs le méchant par la bonté, défais l'avare par la générosité, vaincs le menteur par la vérité » (Dhammapada, XVII, 223).

Et celles de saint François d'Assise : « Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix. Là où est la haine que je porte l'amour, là où est l'offense que je porte le pardon... Là où sont les ténèbres que je porte la lumière, et là où est la tristesse que je porte la joie ».

« C'est la responsabilité particulière des leaders civils et religieux d'assurer que chaque voix soit entendue, a-t-il conclu, afin que les défis et les besoins du moment puissent être clairement compris et confrontés dans un esprit d'impartialité et de solidarité réciproque. »

ZENITH du 29.11.2017

DMC