DE NAISSANCE EN NAISSANCE

Nous allons fêter la naissance du Christ.

Des tableaux nous montrent Marie cajolant l'Enfant, qu'elle tient dans ses bras. Ou bien il est posé au sol, et sa mère, agenouillée, adore Celui par qui la lumière de Dieu vient briller dans les ténèbres du monde. Les bergers et les mages font de même alors que les anges chantent sa naissance.

Ces images nous touchent car elles nous renvoient au mystère de notre propre naissance qui, forcément, nous a marqués. Elles nous renvoient aussi à ces autres naissances — au sens figuré —que nous sommes appelés à vivre au cours de notre existence. Jésus lui-même emploie cette image pour parler de notre vie sur terre : La femme, lorsqu'elle enfante, éprouve de la tristesse, parce que son heure est venue; mais, lorsqu'elle a donné le jour à l'enfant, elle ne se souvient plus de la souffrance, à cause de la joie qu'elle a de ce qu'un homme est né dans le monde » (Jean 16, 21).

Les naissances qui composent notre chemin spirituel ne se font pas sans douleurs. Jean Tauler, un mystique rhénan, explique qu'il nous faut passer par des périodes infinie de Dieu. Notre vie ne peut se renouveler que si nous acceptons ces transformations que Dieu veut accomplir en nous. Elles nous font mal, car elles nous forcent à nous défaire des représentations que nous avions de Dieu et de nous-mêmes, pour que Son vrai visage puisse nous être révélé plus clairement et transpa¬maître à travers nous.

Dans la Bible, les nativités importantes sont souvent annoncées par des anges, surtout lorsque rien ne les laisse prévoir. Abraham reçoit la visite de trois anges : « le reviendrai vers toi à cette même époque; et voici, Sara, ta femme, aura un fils » (Genèse 18, 10). Sara n'en croit pas un mot et rit même, car elle est méno¬pausée depuis longtemps. L'ange Gabriel apparaît au prêtre Zacharie, pour lui annoncer la naissance d'un fils. Zacharie doute car lui et sa femme sont âgés. Il lui faut alors rester muet pendant neuf mois, le temps que l'enfant grandisse dans le sein de sa mère. Probablement le temps nécessaire pour perdre les préjugés qu'il a sur lui et sur sa femme, afin que Dieu puisse créer quelque chose de nouveau en eux. Lorsque Gabriel visite Marie pour lui annoncer la naissance d'un fils,elle s'en remet à Dieu,Elle croit l'ange, même s'il lui est impossible de connaître les conséquences qui en découleront. Et se met à son entière disposition :« Je suis la servante du Seigneur; qu'il me soitfait selon ta parole ! » (Luc 1, 38).

Dieu nous éclaire de l'intérieur et se révèle, et que notre vie soit renouvelée et devienne authentique, au sens fort du terme.elle s'en remet à Dieu.

De la même façon, les naissances qui composent notre chemin spirituel ne peuvent advenir que si nous écoutons nos plus fines intuitions, à travers lesquelles les anges nous poussent à agir. Souvent, nous doutons comme le vieux Zacharie à qui l'ange annonce la naissance d'un fils. Nous jugeons ces intuitions ou ces impulsions intérieures quelque chose de nouveau. Dieu lui-même veut naître en nous. Qu'est-ce que cela signifie ? Pour moi, cela veut dire que le Verbe de Dieu, celui qui m'est propre et me concerne, prend chair en moi. En d'autres termes, que l'image unique, originelle et vraie que Dieu a de moi, prend chair en moi, et se révèle un peu plus chaque jour. Je ne peux décrire cette image, tout comme je ne peux décrire Dieu. Mais je sais qu'elle montre quelque chose de divin, d'originel, de pur, qui est
en chacun de nous. Nous célébrons Noël dans la confiance que cette image pure et inaltérée de Dieu.. ..„

Beaucoup pensent déjà savoir de quoi leur vie sera faite, et qu'il n'y a finalement pas grand-chose à en attendre. Mais c'est l'inverse ! À la naissance, l'enfant est encore comme une page blanche, des milliers de possibilités s'ouvrent à lui. Noël est pour nous l'occasion de présenter notre vie à Dieu, afin qu'Il écrive lui- même le livre de notre vie. J'ai confiance en Dieu, je sais que quelque chose de nouveau va naître en moi aussi, que ma vie va prendre une nouvelle direction, tout comme celle de Marie, d'Abraham et de Zacharie, dont la vie est devenue à travers la naissance de leur enfant une bénédiction pour l'humanité.

À Noël, nous fêtons la promesse que nous recevons à la naissance de Jésus : notre vie va être, par Sa Naissance, renouvelée et nos coeurs pour le bien de tous. . .

Une naissance est la révélation de quelque chose de nouveau. Dieu veut naître en nous.

Anselm Grün, moine bénédictin allemand