SAINTE MONIQUE

Monica est africaine du Nord, berbère. Enfant, elle se lève la nuit pour prier

Celui qu'elle sert déjà humblement de ses petites mains. Elle inspirera les jeunes filles, les femmes, les mères. De parents très pieux, Monique a été éduquée par une servante âgée à la moralité faillible. La fillette, quant à elle, aime les pauvres, les malades, les voyageurs, elle leur lave les pieds. À 22 ans, on la marie à Patricius, noble mais païen, irritable, infidèle. Dans la prière, le silence, Monique ne cesse de le remettre à Dieu. Ses pieux efforts touchent le coeur de Dieu: Patrice se convertit un an avant de mourir.

En 371, Monique est veuve, mère de trois enfants. L'ainé, Augustin, „ est turbulent Plus il progresse en âge, plus son comportement inquiète sa mère : concubinage, secte manichéenne et rejet du Christ. Monique pleure.

Elle pleure pendant vingt ans et finit par être exaucée bien au-delà de ses espérances, pour ce fils qui deviendra l'un des plus grands penseurs chrétiens de son temps. À 33 ans (387), Augustin se fait baptiser. Il vit même avec sa mère une extase mystique, appelée vision d'Ostie : ils entrevoient, le temps d'un instant, ce qu'est
la vie éternelle. Monique sait que , tout est accompli : son fils, futur saint, est sauvé. Elle s'endort pour le Ciel cinq jours plus tard. 

Carole Yap  (FC - septembre 2018 - Le saint de la semaine)


«Qui peut trouverune femme vertueuse? Elle a bien plus de valeur que les perles.» (Proverbes 31, 10)

dmc