LE PAPE EXHORTE A PRIER SAINT MICHEL

Pour protéger l'Église contre les assauts du diable, pendant tout le mois d'octobre le Saint-Père invite les fidèles à prier

le chapelet et conclure par la prière d'exorcisme du pape Léon XIII écrite en temps de forte crise.

Marqué par la série d'attaques qui afflige l'Église depuis plusieurs mois et nuit à son unité, le pape François demande à tous les fidèles un plus grand effort dans la prière personnelle et communautaire. En ce mois d'octobre consacré au saint Rosaire, il invite les fidèles catholiques du monde entier à « s'unir en communion et en pénitence » en priant le chapelet chaque jour, mais également l'archange Michel, afin de la protéger contre le diable qui cherche toujours » à nous séparer de Dieu et à nous diviser », souligne-t-il.

Comme prière d'intercession à saint Michel « qui nous protège et nous aide dans la lutte contre le mal », le Saint-Père conseille la Prière à saint Michel, composée par le pape Léon XIII (1878-1903), une version abrégée du Petit exorcisme, écrite au lendemain d'une extase au cours de laquelle il aurait entendu Satan demander à Jésus-Christ la permission de tenter l'humanité et de se livrer à un assaut contre l'Église durant 100 ans ; ce que le Seigneur lui accorda. Cette prière a été récitée à la fin de chaque messe jusqu'à la réforme conciliaire issue de Vatican II :

« Contre la malice et les embûches du démon »

« Saint Michel archange, défendez-nous dans le combat ! Soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon. Que Dieu exerce sur lui son empire, nous le demandons en suppliant ! Et vous, prince de la milice du ciel, armé de la force de Dieu, repoussez en enfer Satan et les autres esprits mauvais qui rôdent dans le monde pour perdre les âmes. Amen. »

Le pape François invite également les catholiques à conclure leur chapelet quotidien par la plus ancienne prière mariale Sub Tuum Praesidium (Sous l'abri de ta miséricorde, en français), récitée dès le IIIe siècle par la communauté chrétienne pour invoquer le secours de Marie dans un contexte, sans doute, de persécution.

« Sous l'abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu. Ne méprise pas nos prières quand nous sommes dans l'épreuve, mais de tous les dangers délivre-nous toujours, Vierge glorieuse et bénie. Amen. »

ALETEIA du premier octobre 2018

DMC