PAUL VI - LE DEFENSEUR DE LA VIE A NAÎTRE

Le pape Paul VI « devrait être proposé comme défenseur de

la vie à naître », affirme le postulateur de la cause de canonisation, le p. Antonio Marrazzo, parce que les deux signes de guérison réalisés par son intercession se situent dans une « continuité extraordinaire » avec son magistère.

À quelques jours de la canonisation du pape Paul VI, le 14 octobre 2018, le postulateur de la cause brosse son portrait dans une interview à Vatican News en italien ce 5 octobre.

Familier du pape Montini pendant des années, le p. Marrazzo décrit un personnage loin des stéréotypes, plein d'amour et riche de chaleur humaine, effet de la « confiance dans l'homme » qui l'animait profondément.

« Il ne tenait pas compte de l'image, du rôle », affirme le postulateur. Pendant toute sa vie, le pape Paul VI « a toujours regardé et accueilli l'être humain tel que le voit Dieu : précaire, indigent, limité ».

Pour lui, poursuit le p. Marrazzo, l'habit ne faisait pas le pape, dans le sens où la soutane blanche et les autres parements liés à son statut comptaient peu par rapport à l'étole, la seule qui donnait au reste sa valeur et qu'il aimait porter : « Même pendant ses voyages ou quand il recevait des chefs d'État, il voulait se présenter avant tout comme prêtre ».

Le postulateur réfléchit aussi sur le fait que le pape Paul VI sera canonisé avec six autres bienheureux parmi lesquels un martyr, Mgr Romero, et plusieurs saints et saintes fondateurs : « Le choix du pape François n'a pas été dû au hasard, explique-t-il, mais il se fonde sur une question : à quel point la sainteté est-elle liée au rôle qu'une personne a exercé dans sa vie ? » Dans le cas du pape Paul VI, ce qui a fait sa sainteté, c'est la vie riche d'humanité d'un homme qui « te transmettait ce qu'il vivait au fond de lui-même ».

P. Marrazzo - postulateur de la cause de canonisation avec une traduction d'Hélène Ginabat

ZENIT du 5 OCTOBRE 2018 

dmc