MON AMI FRANCOIS

Mon ami François
 
Allez dans le monde entier annoncer la Bonne Nouvelle... ces paroles sont tombées dans le coeur de François dès son plus jeune âge. Paroles brûlantes sur un tempérament de feu, et ce fut l'incendie qui a brûlé et consumé la vie missionnnaire de mon confrère et ami de prédilection, François Fournier.
 
La première étape de sa longue carrière missionnaire fut le Tibet. Dans ses années d'ardente jeunesse, François rêvait la conquête du «pays des neiges»: consacrer les lamaseries au Christ, porter en procession le Christ vivant dans les rues de Lhassa. Mais vinrent les communistes avec leur guerre et une idéologie bouleversante et ce furent eux qui firent la conquête du Tibet. Puis ce fut l'expulsion de tous les missionnaires de notre Mission du Tibet. François ramassa son balluchon et abandonna
ses illusions et, avec ses confrères missionnaires, s'en vint à Formose (Taiwan).
 

Lire la suite : MON AMI FRANCOIS

Jules Detry

(Woluwe (B) 01.12.1905 -23.03.1980)

Des renseignements très intéressants peuvent être découverts dans la «CROIX TIBETAINE » de Jean-Louis CONNE.

DETRY_JULES_1905-1980.jpg

Alphonse Savioz

(Arbaz 11.09.1919 - 13.04.2013 Martigny)

Il fait son entrée au Grand-Saint-Bernard en août 1939 et est ordonné prêtre en avril 1946. Il part en Chine avec notamment Jules Detry en 1946, où il réside successivement à Weisi, Houalopa et Attentze. Il est ensuite chassé par les communistes en 1952 et part pour Taiwan. Il y est missionnaires jusqu'en 2004-2005, date de son retour définitif à Martigny.Il y décède le 13 avril 2013.

SAVIOZ-ALPHONE-AVEC-COMMUNAUTE-A-TSECHUNG

ALPHONSE SAVIOZ AVEC LA COMMUNAUTE DE TSECHUNG en 1999

SAVIOZ ET DES CHRETIENS

François Fournier

francois-fournier(Basse Nendaz 26.10.1918 + Hsingching 17.04.1990).

Entré au Grand-Saint-Bernard comme novice en octobre 1939, François Fournier est ordonné prêtre en avril 1946.

Il part pour la Chine avec Jules Detry, Louis Emery et Alphonse Savioz en 1946.

Il y réside successivement dans les postes de Weisi et Siao-Weisi (Kitchra).

Il est ensuite chassé par les communistes en 1952 et part pour Formose.

Il y meurt en 1990. (Fichier des chanoines).

LIRE LA SUITE...

FRERE LOUIS DUC

Je viendrai comme un voleur... et Heureux celui qui veille et qui attend la venue de son Maître... !

Ces paroles de mise en garde et d'encouragement de l'Evangile nous sont venues spontanément à l'esprit. à l'annonce du décès subit du cher Frère Duc. A vrai dire. ces réflexions nous les fîmes dès que nous parvint la nouvelle de la grave hémorragie cérébrale dont avait été frappé notre confrère dans la matinée du 23 mai et qui devait l'emporter. un jour après, sans qu'il eût repris ses sens.

Subitement. nous étions privés de tout contact et de toute communication avec celui que nous connaissions depuis tant d'années et qui en avait passé une notable partie avec nous en Mission. dans une intimité et une collaboration dont naissent des liens qu'on voudrait éternels.

Lire la suite : FRERE LOUIS DUC

LE DERNIER BROUSSARD A REJOINT LE CIEL

SAVIOZ ALPHONSE (11.09.1919  -  13.04.2013)

Comme disaient certains, Alphonse Savioz était un vrai « broussard » !

Tout-à-fait charmant et très sympathique, mais très difficile à entrer en contact, il fallait casser la carapace, pour essayer de le capter et d'en tirer des informations !

En d'autres termes, il était un parfait chinois, dans le sens qu'il fallait pas avoir peur de perdre du temps (palabrer) pour arriver au moment où nous ne nous y attendions plus et alors l'information souhaitée et demandée (mendiée) depuis quelques temps déjà, arrivait venue de nulle part !

Lire la suite : LE DERNIER BROUSSARD A REJOINT LE CIEL

"NOUVELLES" DE NOTRE MISSION

Depuis l'expulsion de nos missionnaires par les communistes, en 1952, nous sommes restés sans nouvelles des Marches thibétaines et de nos chrétiens des rives du Mékong et de la Salouen.

Ainsi, à la grande douleur de leur abandon forcé, s'ajoutait celle d'ignorer complètement leur sort. Ce n'est qu'avec un grand serrement de coeur et tristesse que nous pensions sans cesse à eux et demandions, chaque jour, à Dieu de les protéger.

Est-ce que Hongkong, cette ville-tampon entre la Chine rouge et le monde libre ne servirait qu'à une vaste contrebande à sens unique ? Ne pourrait-on jamais recevoir en échange, au moins des nouvelles de ce qui se passe clans le paradis rouge ? Il n'y a pas de rideau de fer, ou de bambou, si étanche qu'il ne laisse finalement passer quelques nouvelles.

Lire la suite : "NOUVELLES" DE NOTRE MISSION

AUTEL 2017

LES PAROISSIENS DE YERKALO VIENNENT D'OFFRIR AUX CHRETIENS UN NOUVEL AUTEL EN PIERRE, AU LIEU

Lire la suite : AUTEL 2017