RP ANDRE GEORGES

Le Père Georges André des M.E.P.   1891-1965

Venant apporter une note de tristesse bien profonde, la nouvelle du décès du P. André me parvint à Rome, le jour de la clôture solennelle du Concile Vatican II. Avec lui disparaissait le dernier représentant des M.E.P. ayant missionné dans le «District de l'Intérieur» de la Mission du Thibet, actuellement diocèse de Kangting.

Figure caractéristique du vrai pionnier et du parfait broussard, le P. Georges André mérite pleinement d'être commémoré dans notre Revue missionnaire, puisque aussi bien, appelés à la rescousse par les Supérieurs de Paris, les Pères du Grand-Saint-Bernard ont travaillé côte à côte avec lui durant une vingtaine d'années et ont eu souvent l'occasion de goûter son hospitalité large et même royale, compte tenu des conditions du pays.

Né à Champagney, en Haute-Saône, le futur missionnaire fit ses études en son village, puis suivit les cours du petit Séminaire de Vesoul et de Besançon avant de venir frapper à la Rue du Bac dont il fut à l'époque le plus jeune aspirant.

Lire la suite : RP ANDRE GEORGES

EXASPERATION-1

 Fidèle à l'habitude que j'ai de faire faire de grands sauts dans le temps et l'espace, à nos lecteurs de la Revue, je les emmène, cette fois, dans la lointaine province chinoise du Yunnan, dans la vallée de la Salouen, plus exactement à la mis-sion de Bahang.
 
Nous sommes à l'automne 1951. Sur la galerie de la résidence, deux Valaisans exaspérés examinent la situation dans laquelle ils se trouvent en faisant le bilan des trois dernières semaines écoulées. Il s'agit du Père Louis Emery et de moi-même! Nous arrivons à la conclusion que nous filons du mauvais coton. Lorsqu'au cours de l'année précédente, les communis¬tes ont définitivement établi leur autorité sur la vallée, nous avons été favorisés par notre nationalité et, en plus de cela, par le fait que le préfet — le premier préfet commu-niste de notre préfecture — n'était autre que l'un des deux adolescents que j'avais sauvé au col de Latsa en 1941, lorsque mon chien les a découverts à moitié morts, que je les ai ramenés et ressuscités... Le deuxième est également présent, en tant que premier secrétaire!
 

Lire la suite : EXASPERATION-1

DEPART DES DERNIERS MISSIONNAIRES

LES  DERNIERS  MISSIONNAIRES QUITTENT  LES  MARCHES  THIBETAINES  DU  YUNNAN


Tchrong-Teu, 11 mai 1952 — Le troupeau abandonné. — Ils arrivèrent un samedi soir. Quatre soldats de la police et quatre officiels du Yamen. Quand nous fûmes tous réunis dans le bureau du Père, ils nous déclarèrent, à M. Chappelet et à moi, que le Gouvernement du peuple nous invitait à Kunming, capitale de la province, pour traiter de certaines affaires. Dans deux jours nous devions avoir quitté notre poste de Tchrong-Teu. Nous savions fort bien à quoi nous en tenir. C'était la brutale expulsion. Nous nous y attendions depuis un an.

Lire la suite : DEPART DES DERNIERS MISSIONNAIRES

LES MARTYRS DU TIBET VUS PAR P SIMONNET

ARC EN CIEL SUR LE HAUT MEKONGLe dimanche 16 mai 1993, le pape Jean-Paul II procédait à Rome à une qua­druple béatification : trois religieuses et un missionnaire martyr, et martyr du Tibet : le P. Maurice Tornayl chanoine régulier du Grand-Saint-Bernard (cf "Le Bienheureux Maurice Tornay - un homme séduit par Dieu" de Claire Marquis-Oggier et Jacques Darbellay), massacré par des lamas, le 11 août 1949, à la frontière des Marches tibétaines et du 'Tibet indépendant. Son crime était d'avoir pénétré à l'intérieur du Tibet dans le but d'aller plaider auprès du gouvernement de Lhassa la cause des chrétiens, auxquels était interdit le droit d'exister dans un pays qui était le leur. Dans son homélie, le Pape fit observer : « la mission et la passion du P. Tornay et de ses prédécesseurs des Missions Etrangères de Paris » ...

Lire la suite : LES MARTYRS DU TIBET VUS PAR P SIMONNET

VISITE A LA CHRETIENTE DE BAHANG

 
Compte rendu ...  En route tout s'est bien passé. A Kunming et surtout à Gonshang, chef-lieu du district duquel relève Bahang, il a été invité à plusieurs banquets officiels. Des éboulements dans la vallée de la Salouen ont retardé de deux jours son arrivée à Bahang.
 
Dans la vallée de la Salouen, spécialement à Bahang,

Lire la suite : VISITE A LA CHRETIENTE DE BAHANG

MISSIONS PERDUES AU TIBET

Voyage à Bahang en 1936-1937 de deux explorateurs français, André Guibaut et Louis Liotard (assassiné dans le pays des Ngolos en 1940, soit dix jours avant l'assassinat de Nussbaum).

Burdin était arrivé à Bahang depuis 15 jours entre un mourant (Genestier) et un malade (Bonnecause)(alias Bonnemin).

En hiver, le Loutsekiang est verrouillé, comme une prison.

Lire la suite : MISSIONS PERDUES AU TIBET