CHINE VUE PAR LE SUPERIEUR DES MEP

La Chine, sujet de préoccupation [avion ramenant le pape de Manille à Rome ayant survolé l'espace aérien chinois, les journalistes ont à nouveau spéculé sur un éven- tuel réchauffement entre Pékin et Rome.

Mais force est de constater qu'en provenance de Chine, c'est le chaud et le froid qui soufflent, plutôt le vent froid, à vrai dire.

L'année 2015 n'a pas très bien commencé : le 15 janvier était publié sur le site Internet de l'administration d'État des Affaires religieuses (ex-bureau des Affaires religieuses), un plan d'action pour l'année à venir. « 2015 sera une année très importante pour le travail religieux », y précisait Wang Zuo An, directeur de cette administration chargée de superviser l'ensemble des activités religieuses en Chine.

Dans le langage typique de cette administration, Wang Zuo An déclarait : « Ce travail devra être mené selon la réglementation religieuse en vigueur, afin de promouvoir l'État de droit et de prendre en considération l'opinion des fidèles dès lors qu'il s'agira de mettre en oeuvre les directives et les politiques religieuses du gouvernement central. »

Parmi les questions prioritaires figu-rent le soutien dû à l'Association patriotique des catholiques chinois et à la Conférence des évêques « officiels » pour mener à bien l'élection et l'ordination « indépendantes » des évêques catholiques. Rien de bien nouveau donc, sinon la même langue de bois sur la nécessaire indépendance des religions en Chine et leur indispensable « sinisation ».

Les mois qui ont suivi, bonnes et mauvaises nouvelles se sont succédé. Du côté des mauvaises, le feuilleton sur la mort annoncée, mais jamais confirmée, de Mgr Côme Shi En Xiang, évêque « clandestin » de Yixian, dans la province du Hebei (il serait mort en prison à l'âge de 94 ans, après près d'un demi-siècle de privation de liberté).

Du côté des bonnes nouvelles, l'ordination en juin dernier de Mgr Zhang Yin Lin pour le diocèse d'Anyang (province du Henan), un candidat à l'épiscopat approuvé par Pékin et accepté par Rome.

Mais si nous avons eu confirmation que Pékin et Rome poursuivaient leurs pourparlers, on doit dire qu'on ne voit pas sur quelle sorte d'accord ou de concordat ces
négociations pourraient déboucher.

Mgr Ma Da Qin, de Shanghai, est toujours en résidence surveillée. Des évêques sont toujours en prison (et depuis de longues années en ce qui concerne l'évêque de Baoding). Dans ce contexte, le « tra-vail sur les religions » que nous annoncent les responsables chinois ne peut que nous inquiéter

P. Georges Colomb supérieur des MEP    (extrait contenu dans son édito servant de voeux aux amis)

dmc quelques jours avant la fête de la Nativité