LES TENTATEURS DE L’HOMME

« Sa propre chair, le diable et « le monde », voilà les tentateurs de l’homme » résume Thomas d’Aquin dans son commentaire du Notre Père. Jean de la Croix renchérit : « Tous les dommages que reçoit l’âme proviennent de ces trois adversaires. Le monde est l’ennemi le plus faible : le démon est plus difficile à découvrir et la chair est plus opiniâtre de tous et ses assauts durent tant que le vieil homme subsiste »

ND DES SEPT DOULEURS (Birmanie)

Ce ler mars (2015), le cardinal Charles Bo, archevêque catholique de Rangoun, présidait la messe célébrée à Nyaung Lay Bin, sanctuaire marial situé à 150 km au nord de l’ex-capitale.

Lire la suite

OEUVRES DE MISERICORDE

L’Eglise, en se servant de la Bible, mais aussi de sa propre expérience bimillénaire, résume le comportement positif envers celui qui est en difficulté, avec deux séries d’œuvres de miséricorde : corporelles et spirituelles.

Les voici :

Lire la suite

CHARBEL MAKHLOUF 1828 – 1898

” Le christianisme n’est ni la religion du Temple, ni celle du Livre. (Elle est) la Persone du Jésus-Christ lui-même”.

Le Coeur de Jésus, source de Miséricorde

Nous savons avec une certitude presque totale que Jésus est mort crucifié le 07 avril de l’an 30, selon notre calendrier grégorien actuel.

En effet, Jean note dans son évangile que le samedi qui suivait était non seulement, bien sûr, le jour du sabbat, mais également le jour de la Pâque, coïncidant, en Israël, avec la pleine lune de printemps. Une simple table astronomique nous apprend qu’en l’an 30, effectivement, la pleine lune s’est produite le samedi 08 avril. Cette petite précision amène Jean à nous raconter un événement cruel. Comme il fallait descendre de la croix les corps des trois crucifiés avant que ne commence la célébration du sabbat et de la Pâque, on envoya des soldats pour briser à coups de maillet les jambes des crucifiés afin que, ne pouvant plus s’appuyer sur leurs pieds, ils meurent rapidement étouffés. L’évangéliste note que, arrivés à Jésus, ils constatèrent qu’il était déjà mort.

Lire la suite

FRANCOIS ET LE SULTAN

Aller sur la rive de l’autre: saint François et le sultan

Au cours de la cinquième croisade, en juin 1219, saint François quitta cette ville d’Assise pour se rendre auprès des musulmans. Sur un bateau rempli de soldats, de marchands et de quelques religieux il parvint à Saint-Jean-d’Acre, la capitale des croisés depuis la prise de Jérusalem par Saladin en 1187.

Il ne s’arrêta pas, son but était de sortir du camp chrétien et de rencontrer l’ennemi apocalyptique de l’époque, non avec les armes mais avec le coeur.
Il débarqua au milieu de la guerre, à Damiette, dans la vallée du Nil et, pendant une trêve, il réussit à passer les lignes et même à rencontrer le sultan Al Malik-al-Khamîl.

Lire la suite

MISERICORDE ! – CPCR

La miséricorde est une réalité dont chacun de nous a une certaine expérience. On en parle assez, mais souvent on l’exerce moins. Il suffit de regarder le nombre de conflits qu’il y a autour de nous et dans nos relations interpersonnelles pour nous en rendre compte. Et de ce fait, être miséricordieux devient pour nous plus qu’un défi à relever, une mission, une responsabilité.

En acceptant de vous parler de la miséricorde, je ne ferai que commenter à ma manière, quelques numéros de la bulle d’indiction du jubilé extraordinaire de Sa Sainteté le Pape François qui, le 11 avril de l’année en cours proclamait l’Année de la Miséricorde.

Lire la suite

MARIE DANS LE PLAN DE DIEU

En ce mois de mai, interrogeons-nous sur la place de Marie dans la foi catholique. Pourquoi nous tourner vers elle? Éléments de réponse avec le Père Benoît-Dominique de la Soujeole, dominicain (professeur de dogmatique, UNI Fribourg – Suisse)I

Qui est Marie pour un catholique? Elle est la mère de Dieu, nous dit le concile d’Éphèse en 431. Elle est celle par laquelle et en laquelle le Verbe s’est incarné. Son identité nous dit aussi sa vocation, sa place dans le mystère chrétien. Son fils est vrai Dieu et aussi vrai homme. Voilà pourquoi elle est proche des hommes. Celle qui a donné la vie au Christ pre¬mier-né comme disent saint Luc (2, 5) et saint Paul (Col, 18), c’est-à-dire premier de la Création rache¬tée. Elle est aussi celle qui donne la vie aux frères et soeurs de ce premier-né que nous sommes. En effet, le chrétien par son baptême est frère du Christ Fils de Dieu.

Lire la suite

Les missionnaires

La mission

Le catholicisme

Autres liens