MONSEIGNEUR GEORGES COLOMB MEP

Ordination de Mgr Colomb : les Eglises d' Asie à La Rochelle sous le signe de la joie I

Le 5 mai dernier, sous un soleil radieux, les Eglises d'Asie sont venues spécialement

entourer Mgr Georges Colomb, supérieur général des Missions Etraneres de Paris, lors de son ordination épiscopale pour le diocèse de La Rochelle et Saintes. Cardinaux, archevêques et évêques du Cambodge, d'Inde, de Chine et du Vietnam sont venus partager la joie de voir Mgr Colomb devenir des apôtres et premier évêque MEP ordonné pour l'Eglise de France ».

. . .  c'est la joie de voir un premier évêque MEP ordonné pour la France. i

L'Inde

« La joie n'a pas de frontières ». C'est par ces mots que le cardinal George Alencherry, archevêque majeur d'Ernakulam-Angamaly des syro-malabars en Inde (1), a débuté son allocution, en français, devant une . . . de 4700 personnes, réunis au Parc des expositions de La Rochelle pour l'occasion.

Cette fête de l'Ascension ouvre une fenêtre vers le Ciel et c'est un beau cadeau du Ciel pour La Rochelle et Saintes, ce nouveau asteur », a déclaré Mgr Alencherry. Les MEP méritent un grand éloge. Ils envoient en Asie des pasteurs bien, formés, de haute ualite' ...). je demande l'intercession de Saint Georges, un des meilleurs prénoms populaires, afin que Dieu lui donne santé, me et courage pour oser dire en vérité ce qu'implique lafbi chrétienne dans son diocèse. » Puis s'adressant directement aux idèles de l'assemblée, il a poursuivi : « Chers amis, ensemble avec lui, construisez une communauté d'Eglise qui sera une évitable lampe' sur La Rochelle, qui guidera les pas de nombreuses personnes afin qu'elles vivent de foi, d'espérance et d'amour. "Lue k Seigneur vous bénisse. »

Le Vietnam

VIgi- Paul Bui Van Doc, archevêque de Saigon et président de la Conférence épiscopale du Vietnam, s'est ensuite exprimé au nom de l'Eglise catholique du Vietnam. «Aujourd'hui, je suis très heureux et joyeux d'être présent )arroi vous. Alors que vous vous engagiez avec plein d'enthousiasme en tant que supérieur général des MEP, vous avez été appelé 7omme évêque de La Rochelle. C'est une triple joie que l'Eglise du Vietnam éprouve aujourd'hui : la joie de la Foi, d'abord, car 7'est une longue histoire qui unit l'Eglise du Vietnam et les MEP. En 1659, les deux prenne r.s vicariats apostoliques du Vietnam ont été créés par les deux membres et fondateurs des MEP, Mgr François Fallu, pour le vicariat apostolique du Tonkin (nord Vietnam), et Mgr Lambert de La Motte, pour le vicariat apostolique de la Cochinchine (sud Vietnam). Pendant 350 ans, l'Eglise du Vietnam a beaucoup reçu des missionnaires français. »

« Deuxième joie pour nous aussi aujourd'hui : c'est la joie de la reconnaissance. Après l'expulsion des missionnaires du Vietnam, en 1975, les MEP ont pris en charge la formation du clergé vietnamien en accueillant des prêtres étudiants vietnamiens en France. Parmi eux, aujourd'hui, nous comptons un archevêque, quatorze évêques et de nombreux prêtres en responsabilité dans les séminaires. (...) »

« Troisième joie, enfin, c'est la joie de l'Espérance d'être en mission. Avec l'envoi de jeunes volontaires laïcs au Vietnam, vous avez ouvert un nouvel espace de mission. Certains de ces volontaires entrent au séminaire, et bientôt, un jeune prêtre MEP sera de nouveau envoyé au Vietnam. (...) Que notre Bon Dieu plein de miséricorde vous bénisse et bénisse le diocèse de La Rochelle », a conclu Mgr Paul Bui Van Doc, en offrant un tableau du Vietnam au nouvel évêque de La Rochelle. Il était également accompagné de cinq autres évêques vietnamiens, venus spécialement pour l'occasion.

La Chine et le Saint Siège

Enfin, Mgr Savio Hon Tai-fai, archevêque et secrétaire de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples du Saint-Siège, qui s'exprimait en anglais, a souligné avec humour et affection l'arrivée de ce new¬born bis. hop », « notre nouvel évêque qui vient tout juste de naître », allusion aux propos tenus par Mgr Colomb lui- même lorsqu'il avait appris sa nomination d'évêque, le 9 mars 2016. « Cet évêque qui, comme un bébé, estjouta. l, généreux, affectueux et disponible !», a-t-il ajouté avec un large sourire communicatif, soutenu par des applaudissements. «A l'imitation du Christ, il sera serviteur, missionnaire et berger. »

«Ici, je représente aussi la Chine. Pendant plus de 300 ans, les MEP ont fait énormément pour l'Eglise de Chine : en temps, en énergie, en personnes et en nombre de missionnaires. Ils ont fait du beau travail, alors aujourd'hui, je tiens à dire Merci à la France, car grâce à votre JO i, vous avez envoyé beaucoup de bons missionnaires dans le monde. Et aujourd'hui, les MEP continuent d'envoyer des missionnaires en Asie. Regardez, Mgr Olivier Schmitthaeusler, MEP et vicaire apostolique de Phnom Penh en est la preuve ! », a-t-il précisé, en désignant Mgr Schmitthaeusler, assis à côté de Mgr Colomb.

« En tant que représentant du Saint-Siège, je crois vraiment qu'en nommant le P. Colomb comme évêque, ici à La Rochelle, le pape a fait preuve de beaucoup de foi. je vous adresse mes meilleurs vœux. (...) Soyez un bon serviteur, un bon missionnaire et un bon berger, comme vous l'êtes déjà », a-t-il conclu.

S'il y a 350 ans, deux vicaires apostoliques, fondateurs des Missions Etrangères de Paris, partaient annoncer l'Evangile en Extrême-Orient, à la demande du pape Alexandre VII — « Voici le pont commencé : trop heureux si nos carcasses et nos os aussi bien que ceux de nos chers confrères pouvaient servir de pilotis pour l'affermir et faire un chemin plein et ouvert à de braves missionnaires et moissonneurs pour faire venir une ample récolte en ces champs si fertiles », écrivait Mgr François Pallu, en 1663 —, aujourd'hui, en 2016, c'est l'ancien supérieur général des MEP, qui, à la demande du pape François, part évangéliser la France occidentale, dans le diocèse de La Rochelle et Saintes. Pour Mgr Georges Colomb, l'aventure à la suite du Christ continue autrement : « Voici le pont commencé... », cette fois-ci... à La Rochelle ! «Et Vive la joie quand même »! (2)


Notes

(1) Selon la tradition, l'Eglise syro-malabare a été fondée au Ier siècle par l'apôtre Thomas sur la côte sud- ouest de l'Inde. Comme l'Eglise syro-malankare (rite antiochien), l'Eglise syro-malabare suit une tradition antérieure à celle apportée par les missionnaires portugais qui la latinisèrent à partir du XVIème siècle, la faisant passer sous la juridiction de l'archevêque latin de Goa. Ce n'est qu'en 1919 que l'Eglise syro¬malabare retrouva son rite araméen oriental puis sa hiérarchie, rétablie par Rome en 1923. Aujourd'hui, elle compte près de 4 millions de fidèles, dont la très grande majorité se trouve au Kerala, son foyer historique. Après la communauté latine, elle représente, par le nombre des fidèles, la deuxième communauté catholique d'Inde. Il existe actuellement cinq archidiocèses syro-malabars et 29 diocèses établis dans différents Etats de l'Inde, au Kerala principalement, et pour l'un d'entre eux aux Etats-Unis (éparchie Saint-Thomas de Chicago, érigée en 2001).
(2) Propos de Saint Théophane Vénard, martyr Mep au Vietnam au XIXème Siècle, qui cherchait la joie en tout et avait fait de la joie puisée dans la confiance en Dieu, sa devise.

dmc