FRANCOIS ET LA CHINE

« Je viendrai bientôt en Chine, pour

rendre votre visite », a déclaré le pape à la trentaine de prêtres des « Disciples du Seigneur » (Congregatio Discipulorum Domini, Cdd) qu'il a rencontrés à l'occasion de l'audience générale du 11 octobre 2017. Ses propos ont été rapportés par le quotidien de la Conférence épiscopale italienne Avvenire le 24 octobre.

La Cdd est le premier institut religieux clérical chinois, fondé en 1927 par le cardinal Celso Costantini (1876-1958), ancien délégué apostolique en Chine de 1922 à 1933, puis Secrétaire de Propaganda Fide – aujourd'hui Congrégation pour l'évangélisation des peuples. Avvenire cite un article de Mgr Bruno Fabio Pighin, expert des relations entre la Chine et le Vatican, professeur de droit canonique à la Faculté Saint-Pie X de Venise, publié par l'hebdomadaire Il Popolo, du diocèse de Concordia-Pordenone.

Mgr Pighin, qui a participé à l'audience au Vatican, relate que « l'émotion était bien visible sur le visage du pape, surtout lorsqu'il a entendu les participants chanter l'Ave Maria en mandarin ». Le pape leur a demandé : « A quelle Vierge êtes-vous particulièrement attachés ? » ; et eux de répondre : « A la mère de Dieu vénérée à Sheshan, près de Shanghai, couronnée par notre fondateur Celso Costantini en 1924 ».Le groupe était constitué de prêtres d'Extrême-Orient (Chine, Taiwan, Singapour, Malaisie, Indonésie) en service auprès des catholiques chinois. « Le pape, a ajouté Mgr Pighin, a loué la fidélité des religieux de la Cdd à son ministère pétrinien qui se propose de confirmer les fidèles dans la charité et dans l'unité. » Et « il leur a demandé de se faire porte-parole de son grand amour pour le peuple chinois ».

Les religieux ont ensuite rencontré le cardinal secrétaire d'Etat Pietro Parolin, qui « les a invités à expliquer aux catholiques ... que le Saint-Siège travaille pour le bien de l'Eglise ... afin de garantir des espaces de liberté ».

Mgr Pighin est aussi délégué épiscopal pour la cause de béatification du cardinal Costantini, ouverte le 17 octobre au niveau diocésain, en présence des prêtres de la Cdd.

Des négociations discrètes entre le Saint-Siège et la Chine populaire ont repris depuis 2014. Au début de l'été, d'après l'agence des Missions étrangères de Paris Eglises d'Asie (EDA), Rome a accueilli à nouveau une délégation venue de Pékin pour discuter de la finalisation d'un éventuel accord entre l'Eglise catholique et le régime en place.

A bord de l'avion qui le ramenait de Bakou (Azerbaïdjan) à Rome le 2 octobre 2016, répondant à une question de journaliste sur l'état des relations entre le Saint-Siège et la Chine – les relations diplomatiques officielles sont rompues depuis 1951 – le pape a assuré qu'elles étaient « bonnes ». Il a confié qu'il souhaitait faire le voyage, « mais je ne pense pas encore ».

ZENITH 25.10.2017

dmc