LA CLE DES SONGES

Tout au long de notre vie spirituelle, nous essayons de comprendre ce que Dieu veut de nous et ce qu'il souhaite pour nous. Pour nous y aider, Il nous parle,

que ce soit dans le silence de la prière, à travers les textes bibliques ou par la bouche des personnes que nous rencontrons. Mais il nous parle aussi à travers nos rêves. Quelle chance alors si nous pouvions entendre de nouveau cette « langue oubliée de Dieu », comme la nommait John Sanford, élève de Jung et théologien anglican, et la comprendre !

Dans la vie des patriarches, les songes ont une fonction très importante : durant son sommeil, Jacob voit une échelle qui mène au ciel (Genèse 28,12). Cette vision lui assure que malgré tous les dangers qu'il rencontrera, Dieu sera toujours avec lui et accomplira tout ce qu'Il lui a promis. Joseph est un grand rêveur lui aussi. Des épis de blé s'inclinant sur son passage lui donnent la certitude qu'il accomplira de grandes choses malgré la trahison et la haine de ses frères. En prison, il devient l'interprète des songes de Pharaon, non sans lui rappeler qu'ils sont la langue de Dieu (Genèse 40, 8). Les rois d'Israël définissent leur politique d'après des rêves ou des visions inspirés. il n'y a en fait que Moïse à qui Dieu parie directement (Nombres 12,6). Saül, quant à lui, se retrouve bien perdu lorsque soudain Dieu ne lui parle plus durant le sommeil (1 Samuel 28, 15) !

Dans le Nouveau Testament, un ange apparaît à plusieurs reprises en songe à Joseph. Quand il apprend la grossesse de Marie et ne sait que faire d'elle et de l'enfant à naître. Joseph obéit quatre fois aux paroles de l'ange reçues durant son sommeil (Matthieu 1, 20). Jésus enfant se retrouve protégé de la cruauté d'Hérode par son départ en Égypte. Et plus tard, la Sainte Famille revient saine et sauve à Nazareth (Matthieu 2, 15-23). Des songes accompagnent donc la vie de Jésus dès les premiers instants et lui permettent de grandir protégé et en sécurité. C'est aussi un rêve qui révèle à la femme de Ponce Pilate que Jésus est véritablement le fils de Dieu. Mais son mari ne l'écoute pas (Matthieu 27, 19).

Les songes jouent aussi un râle capital dans la construction de l'Église primitive. C'est l'un d'eux qui donne à Pierre le courage de transgresser les dures lois juives pour baptiser le centurion païen Corneille et fonde ainsi la mission des premiers chrétiens (Actes des Apôtres, 10). Plus tard, Paul voit dans son sommeil un Macédonien le supplier de venir sauver son peuple, ce qui le conduit à aller évangéliser en Europe (Actes 16, 9). Les rêves accompagnent donc le travail et l'expansion de la foi. le sujet, dans lequel il affirme qu'un accompagnateur spirituel doit comprendre cette langue de l'âme. Évagre le Pontique, le « psychologue » parmi les Pères du désert, voit un lien très étroit entre nos rêves et les émotions que nous avons vécues durant la journée. La nature des rêves, qui reflète le degré de pureté d'un coeur, lui donne des indices sur l'avancement d'un fidèle.

C'est dans cette même ligne de pensée que je voudrais proposer quatre façons d'interpréter les rêves aujourd'hui. Je suis convaincu qu'ils peuvent nous aider dans notre vie spirituelle, car si je veux progresser, je dois aussi accepter de rencontrer ma propre réalité, et donc la réalité de mon inconscient. Le but de notre che¬min spirituel, c'est que tout en nous — même les images chaotiques et incompréhensibles, voire choquantes de nos rêves — soit traversé, illuminé et transformé par la Lumière de Dieu.

Les rêves me montrent la réalité de ce que je suis. Même si je ne les comprends pas. Si je rêve d'une chambre en désordre, cela peut vouloir dire que je suis moi-même « en désordre ». Je peux donc présenter mon chaos intérieur à Dieu et le prier que par son amour il amène son ordre dans ce chaos et le transforme par son amour. Je n'ai d'ailleurs même pas besoin de comprendre mon rêve, il me suffit de le présenter à Dieu tel quel et de lui dire : «Voilà Seigneur, c'est moi. le ne me comprends pas moi-même, mais laisse ta lumière se répandre dans tout ce qui est incompréhensible en moi. »

Il y a aussi des rêves qui m'appellent à la prudence et m'incitent à faire attention à quelque chose dont je n'étais pas conscient jusqu'alors. Si je rêve par exemple que je suis en retard, mon rêve veut peut-être me dire de faire davantage attention à rester dans l'ici et maintenant. Cette impression signifie que je suis encore trop attaché au passé. Si je rêve que je suis en voiture et que j'accélère pour franchir une montagne sans y parvenir, cela veut sans doute me dire de faire attention à mes ressources intérieures. Lorsque je me vois poursuivi, c'est sans doute ma propre ombre qui m'inquiète, ce que je n'accepte pas de moi. Il serait alors bon de se retourner pour engager le dialogue avec le pour¬suivant. Peut-être veut-il simplement me faire prendre conscience de quelque chose qui m'aiderait sur mon chemin ? Selon moi, les cauchemars nous montrent où nous devrions regarder. Et il n'est pas rare que leur message soit finalement très positif. Le rêve nous incite à regarder ce que nous refoulons ou n'avions pas remarqué.

D'autres rêves sont des promesses. Quand je rêve d'un enfant par exemple, Dieu veut me dire : «Tu es sur le bon chemin vers ton véritable soi, quelque chose de nouveau veut naître en toi. » Il arrive qu'un songe de ce type se combine avec un autre qui appelle à la prudence. Rêver d'un enfant qui me tombe des bras et se blesse m'envoie un message double : « Tu es en chemin vers quelque chose de nouveau en toi, mais tu n'y fais pas assez attention. Sois attentif à ce qui se développe de nouveau en ton âme. »

Il existe enfin des songes numineux, qui ont des thématiques religieuses ou spirituelles. Une église en construction ou en rénovation signifie peut-être que ma vie spirituelle est en profonde mutation. Je peux aussi rêver que Jésus marche à mes côtés, ou voir la Vierge Marie, ou encore faire un songe peuplé de symboles, comme des triangles, des sphères, des croix... Jung disait que dans les rêves personne n'est athée. Les songes « lumineux » veulent nous renforcer dans notre foi. Ils nous rappellent qu'elle n'est pas qu'une affaire de volonté, mais qu'elle est ancrée dans les tréfonds de notre âme. Parfois même, nous recevons des messages par le biais de ces rêves : Dieu nous parle et nous indique le chemin à prendre.

La tradition spirituelle a tou¬jours accordé une grande impor¬tance aux rêves. Ils nous indiquent souvent ce sur quoi nous devrions travailler. Ils nous invitent à présenter à Dieu ce que nous sommes, y compris ce que nous ne connaissons pas ou ne comprenons pas de nous-même, pour qu'Il pénètre le plus profond de notre âme et nous transforme. Évagre le Pontique dit que nous ne serons guéris et libérés par le Christ qu'une fois que sa lumière aura transpercé les images pré¬sentes dans notre inconscient le plus profond. C'est seulement une fois que ces images intimes seront purifiées que l'oeuvre de rédemp¬tion du Christ pourra s'accomplir pleinement.

« Le rêve nous incite à regarder ce que nous refoulons ou n'avions pas remarqué.

L'éclairage d'Anselm Grün - moine bénédictin en Allemagne - Janvier-Février 2018

DMC