"… plus on monte, plus il reste à monter…"

COURRIEL DU 5 août 2018

Chers frères et soeurs,

Paix en Jésus!

Voici quelques nouvelles après notre montée au

Latsa.

Notre petit séjour à Kienatong fut une vraie grâce. Nous avons fait une nuit d'adoration. Les jeunes se sont inscrits pour se relayer devant Jésus-Eucharistie. Le P. Jean avait invité les paroissiens à se joindre à nous pour l'adoration nocturne. Ce n'est pas leur habitude du tout. Ils ont répondu avec ferveur à cet appel et, toutes les heures, il y avait en 2 et 5 paroissiens à l'adoration. Une grande première!

Le Latsa, toujours une drôle d'aventure!

Nous avons pu prendre des jeeps sur une route assez défoncée et avec des lacs de boue, au-dessus de la « vertigineuse descente » sur la Salouen, juste en dessous de nous et cela jusqu'à une altitude de 2'800m. Le reste de la route n'est carrossable que pour les motos. Nous avons donc fini à pieds, les travaux de construction empêchant les mulets de passer, nos amis de Baihanluo sont venus nous accompagner pour nous aider à porter une partie du matériel.

La route est maintenant entièrement terminée mais partiellement utilisable entre le Mékong et la Salouen. Sur le col du Latsa, elle passe à 3 mètres du « abeau » de Maurice Tornay et juste au-dessus des ruines de l'hospice. Tout est donc prêt pour le rebâtir sans tarder!!!

Le brouillard et la pluie nous accompagnaient au sommet du col. J'ai alors « sommé » mon neveu Xavier de bien vouloir faire quelque chose. C'est grâce à lui que nous avions découvert pour la première fois les ruines de l'hospice, lors de notre premier voyage au deuxième passage du col du Latsa, en arrivant au sommet vers minuit.

4 Minutes plus tard, le brouillard disparaissait, le soleil apparaissait et nous découvrions l'hospice sous la splendide lumière du soleil. Nous avons pu passer l'après-midi au soleil à admirer ce merveilleux paysage que contemplait et décrivait si bien Maurice. Le début de la nuit fut étoilé... jusqu'au coup de vent du 03 h du mat. qui déchira en partie notre tente collective.

Panique dans le petit camp, mouillé par la pluie qui faisait également son apparition. Une réparation délicate nous permit de terminer la nuit plus au moins paisiblement.

La descente sur le Mékong est toujours exigeante... et fatigante! Nous avons emprunté cette année un chemin qui descendait « dru en bas », comme on dit chez nous! Dru de chez dru! Attente impatiente d'en finir avec cette marche...

La communauté de Siao Weixi nous a accueillis avec une immense joie et une délicatesse incroyable ! Une communauté très souffrante puisque le prêtre, le P. Gabriel, a été ordonné par Mgr Ma Yinglin; c'est donc un prêtre du gouvernement. Les paroissiens nous disaient en larmes qu'il tuait la foi dans la paroisse. En 5 ans, il n'a jamais visité une seule famille. Inutile de parler des autres habitants. Il reste enfermé dans sa chambre avec l'ordinateur... La paroisse a passé de 120 fidèles à 20 personnes. Encore une fois, tous les soutiens occidentaux à M. Ma Yinglin, les visites médiatisées, sont ressentis comme une trahison par les fidèles catholiques.

Le P. Gabriel accueille à la paroisse un membre du gouvernement. Par bonheur, les deux étaient absents ce soir et Nous avons donc pu célébrer la messe avec les derniers fidèles, tous venus se confesser et communier. Un beau temps de grâce pour eux et pour nous!

Nous partons demain pour Dali, dernière étape de notre périple tibétain. Nous quittons ces contrées et ces visages aimés pour la grande ville touristique avant de reprendre l'avion à Kunming.

Nous vous restons unis en Jésus Eucharistie

Nicolas

PAYSAGE DU LATSA 18PAYSAGE DU COL DU LATSAHOSPICE DU LATSA 2018RUINE HOSPICERUINE DU REFUGE 18RUINE REFUGEPELERINS 2018EQUIPE 2018

P JEAN ET LE MODERATEUR DE LA FRATERNITE

DMC