GARDER LA PORTE ENTROUVERTE

 : « Vivre le célibat consacré suppose d'accepter l'inconfort et le risque de garder la porte de sa vie affective largement entrouverte. » Se marier,

normalement, permet de fermer autant que cela se peut la porte de tous les autres possibles et de construire une relation affective dans la durée avec son conjoint. Rien de tel dans la vie consacrée, laquelle, de surcroît, suscite par nature confidences, échanges à cœur ouvert et nourrit assez facilement une représentation idéalisée de la personne célibataire « en vue du Royaume des cieux ».

DANGERS DU CLÉRICALISME

La tentation est forte de vouloir fermer cette fichue porte par tous les moyens. Parmi eux, le plus naturel est de se placer autant que possible hors de portée du risque de la relation, de se séparer. Cela signifie au premier chef ne plus se situer dans une situation d'altérité où la relation est faite d'échanges réciproques, où chacun se laisse atteindre, se laisse toucher. C'est de ce besoin de séparation en partie nécessaire que la clôture monastique tient sa raison d'être.

Le cléricalisme, dont le pape François ne cesse de dénoncer le danger pour l'Église, trouve en partie sa source dans ce désir légitime de mettre sa vie affective à l'abri des courants d'air. Mais la clôture cléricale peut bien vite se révéler, pour les clercs autant que pour les personnes qui les fréquentent, même avec les intentions les plus pures de part et d'autre, une protection d'autant plus illusoire qu'elle peut masquer le risque de la séduction réciproque. Ce risque est accru par le fait que ce besoin de juste distance se conjugue avec la propension de toute institution humaine à sécrété ses strates, ses codes et ses élites. non seulement ne fait pas exception elle a même une propension par à les sacraliser. Qu'avons-nous f de ce commandement de Jésus ciples : « N'appelez jamais perso vous n'avez qu'un Père qui est au (Matthieu 23, 9) ? Quand comprendrons-nous enfin que, par ces . . . appelle de ses voeux une Église fe frères et de soeurs et non pas une Église entre des clercs et des fidèles, la dénonce le pape François . . . sur les abus sexuels du 22 août « Le cléricalisme,favorisé par . . . eux-mêmes ou par les laïcs, . . . scission dans le corps ecclésial, . . . rage et aide à perpétuer beau maux que nous dénonçons  . . .Dire non aux abus, c'est dire non catégorique, à toute forme de cléricalisme. »
Dès lors, bien loin d'être un contre les assauts de l'affectiv . . . mise à part cléricale, avec aussi d'autorité des uns sur les au l'ordination sacerdotale suscite naturellement si l'on n'y prend garde, peut de surcroît faire le . . . les débordements, de tous le: pouvoir. Ces abus choquent . . .qu'ils jouent le plus souvent sur la plus fine de l'âme des perso . . . . Les dégâts humains n'en sont plus terrifiants. Et s'ils sont . . .des enfants, ils sont criminels et doivent être traités comme tels. . . .

JEAN-PAUL VESCO, dominicain, . . . évêque d'Oran. (VIE du 11 octobre 2018)

dmc