ZACHARIE par CHNE CYRILLE LATTION

Dans la lettre des Apprentis, il fut question d'un certain Zacharie. Vous vous demandez peut-être, et avec raison, qui est ce Zacharie et ce qu'il vient faire ici.

Ceux qui ont vécu pendant quelque temps aux confins de la Chine et du Thibet connaissent Zacharie, ou, pour le moins, ont entendu ce nom. Il. est en effet impossible de parler de la Mission du Thibet, région de la Salouen, sans prononcer le nom de Zacharie, un homme de Dieu.

Zacharie est né en 1904 de parents chrétiens, dans le petit hameau de Tsadong du district de Bahang, dans la Haute-Salouen. Il fut le troisième d'une famille de cinq enfants. Il fut baptisé quelques jours après sa naissance par le P. Tou (Jules Etienne Dubernard).

Lire la suite : ZACHARIE par CHNE CYRILLE LATTION

DEUXIEME VISITE HIVERNALE AU COL DE LATSA

11 -16 mars 1935.

Depuis quelques jours un ciel sans nuages égaie la vallée du Mékong. Dans un petit village de cette vallée. depuis le mois de novembre dernier, l'un de nous occupe le poste d'un missionnaire appelé provisoirement ailleurs. La longue chaîne de montagnes fermant à l'ouest le bassin du Mékong fait étinceler sous le grand soleil tous ses névés et ses crêtes enneigées. Comment un Bernardin ayant à ses côtés un compagnon montagnard lui aussi, pourrait-il résister à l'attirance de ces cimes? Bien plus, à quelques heures seulement de notre maison s'ouvre le vallon de Latsa qui nous accueillit si mal l'hiver passé. Entreprendre à deux une telle expédition n'est certainement pas l'idéal, mais en ce moment il nous est impossible de compter sur un troisième compagnon et il faut profiter du beau temps.

Lire la suite : DEUXIEME VISITE HIVERNALE AU COL DE LATSA

ENFIN LA SECURITE

Enfin la sécurité
 
La maison du chef est très vaste, entourée d'annexes, d'écuries et de cours et il y a suffisamment de place pour nos bêtes et nos hommes. Le Père Goré et moi sommes installés dans une belle chambre dans laquelle brûle - à ma grande joie - un beau feu de bois. Deux des invités sont restés pour aider le chef à régler nos problèmes.
 
L'un est un docteur en théologie de la lamaserie de Sogun que nous connaissons bien ; l'autre est l'un des trois roitelets de la frontière, le Kangonpun. Le Père Goré le reçoit visiblement avec déplaisir. Cet aristocrate thibétain avait, il y a quelques années déjà, séduit la fille de l'un des principaux notables chrétiens de Yerkalo, qui s'était enfuie de chez elle pour l'épouser. Et le Père ne semble pas avoir tout à fait pardonné.
 

Lire la suite : ENFIN LA SECURITE

CHRETIENS-OUBLIES

Guilhamon Charles a écrit en 2012 aux Editions Calmann-Lévy un très intéressant livre intitulé « SUR LES TRACES DES CHRETIENS OUBLIES – carnet de route de deux amis pèlerins ». On y lit en page 273 ce texte : « Lorsqu’il était jeune, mon père a gagné l’Inde à pied pour ne pas être emprisonné. Ici il est considéré comme une véritable légende, un héros. Il s’est sauvé avec quelques amis et des fusils de chasse qui restaient des missionnaires. Certains ont continué vers l’Inde tandis que d’autres ont préféré partir en Birmanie. Le voyage dura plus d’un an et fut plein d’aventures, d’attaques de bandits, de bêtes sauvages… L’un de ses compagnons est mort sur la route. Mon père a finalement réussi à quitter le pays. Il a été recueilli par des missionnaires. Pendant vingt ans, il n’a pas pu donner signe de vie. Lorsqu’il a pu rentrer à la maison, il y a une quinzaine d’années, cela faisait trente ans qu’il n’avait ni vu, ni entendu sa femme et ses cinq enfants. A la suite des missionnaires définitivement chassés de la vallée, mon père est devenu le patriarche des chrétiens de la Salouen. Il est mort l’année dernière. A présent, c’est moi qui prends la relève »

Lire la suite : CHRETIENS-OUBLIES

LA VIE ET LA MORT DE CHICHI POLO-2

 En novembre 48, je me trouve au village de Nong-Mong, en Birmanie du Nord, où je suis venu vendre des chevaux. Le voyage serait trop long à raconter, mais enfin nous avons, pour la première fois, réussi à faire passer la chaîne de séparation entre la vallée de la Salouen et le bassin de l'Irravouaddi à une petite caravane de neuf chevaux. Les indigènes Roans, du côté birman, n'ont jamais vu de chevaux, les éléphants non plus... Nous en rencontrons un petit troupeau qui après nous avoir soigneusement examinés se remettent à arracher les branches aux arbres, à mon grand soulagement.
 

Lire la suite : LA VIE ET LA MORT DE CHICHI POLO-2

LA VIE ET LA MORT DE CHICHI POLO-1

 En juin 1933, je fais, en compagnie du Père Coquoz, mon premier voyage dans la vallée de la Salouen. A la mission de Bahang, chez le Père Georges André, je fais la connaissance du héros de cette histoire.
 

Lire la suite : LA VIE ET LA MORT DE CHICHI POLO-1

TEMOIGNAGE DE "PETITE BEAUTE"

La fillette qui s'appelait « Petite beauté »

Huit des jeunes femmes qui s'étaient montrées héroïques dans la défense de la foi furent emprisonnées et on les enferma dans la cellule voisine de la mienne.

Lire la suite : TEMOIGNAGE DE "PETITE BEAUTE"